cahier et stylo
Méthode

Graphothérapie : la Méthode de Rééducation de l’Écriture

La graphothérapie est une technique de rééducation de l’écriture. La prise en charge est effectuée par un professionnel appelé graphothérapeute. Cette technique a pour but d’améliorer l’écriture dans les cas d’une dysgraphie ou de difficultés à écrire

Qu’est-ce que la graphothérapie ? 

Comme définition de la graphothérapie, on peut dire qu’il s’agit d’une rééducation de l’écriture liée à une amélioration de certains comportements. En effet, le travail effectué lors d’une rééducation graphique apporte souvent une amélioration du comportement en parallèle. 

Cette méthode permet de traiter les problèmes de dysgraphie ou de retard du geste graphique. Parmi les troubles de l’écriture, on trouve différents aspects tels que la vitesse, la lisibilité, le soin et la gestion de l’espace sur la feuille. Il existe de nombreuses raisons de rééduquer l’écriture. 

Pourquoi effectuer une prise en charge de l’écriture ? 

Les bienfaits sont nombreux tant au niveau scolaire que personnel. La rééducation va permettre d’être plus lisible et de développer la fluidité du geste. Mais également d’apporter un réel mieux-être au niveau psychologique. On observe souvent un lien entre l’amélioration du graphisme et l’attitude générale. 

Quand consulter un graphothérapeute ? 

Il est parfois difficile de savoir si une prise en charge est nécessaire. Voici les indicateurs qui doivent vous alarmer et qui nécessitent une consultation : 

  • Des problèmes d’apprentissage en classe : l’élève ne sait plus suivre normalement et sereinement les cours à cause de son écriture.
  • Un blocage face à l’écrit : refus d’écrire ou à contre-cœur.
  • Un malaise : honte de son écriture et peur d’être jugé sur celle-ci.
  • Installation d’un sentiment d’échec : malgré les efforts, le résultat n’est pas à la hauteur de ce que l’on attend.
  • Un manque de confiance en soi : sentiment de dévalorisation.
  • Des troubles du comportement : signes de nervosité ou d’excitation.
  • L’illisibilité : le scripteur ou les autres personnes ne parviennent pas à lire.

Si une personne ou un enfant présente un ou plusieurs de ces éléments, il est nécessaire de consulter un professionnel. 

À qui s’adresse la graphothérapie ? 

Elle est destinée tant aux enfants qu’aux adolescents et aux adultes. Il n’y a pas de restriction d’âge. Il arrive parfois qu’une personne qui écrit normalement au départ, présente des difficultés suite à un événement. 

La graphothérapie s’adresse à toute personne qui souffre de problèmes d’écriture manuscrite. On entend plus souvent parler des enfants car ils sont souvent détectés par les enseignants. Mais beaucoup d’adultes en souffrent également au quotidien. Ceux-ci ont souvent mis en place des mécanismes de compensation qui leur permettent de pallier ce problème. Mais cela ne permet pas de résoudre ce qui est sous-jacent. Avec quelques séances, ils pourraient retrouver une aisance à l’écrit. 

Durée d’une rééducation de l’écriture

Il faut compter une durée moyenne de 6 mois avec des séances hebdomadaires. Ce qui signifie qu’il y a des rééducations qui durent moins longtemps et d’autres plus. Cela va dépendre des difficultés présentes au départ mais également de l’implication dans la rééducation. Pour que celle-ci soit efficace, il est indispensable que la personne y prenne part activement et s’implique. Le graphothérapeute pourra proposer des techniques mais si celles-ci ne sont pas appliquées efficacement, il n’y aura pas beaucoup de résultats.  

Déroulement d’une prise en charge des difficultés d’écriture

Elle se déroule en deux temps : une première rencontre suivie de séances hebdomadaires

Séance de prise de contact et réalisation du bilan

La première séance a pour but d’établir le contact, de rassurer et de faire une évaluation des difficultés. Pour cela, on effectue un bilan graphomoteur afin de déterminer les éléments qui posent problème. 

Pour les plus jeunes, il est également important que l’enfant accepte de suivre une rééducation. Pour cela, on lui expliquera les bénéfices et on le rassurera sur les exercices qui lui seront demandés. C’est pourquoi cette séance est très importante, elle permettra de mettre l’enfant en confiance en lui expliquant bien que tout ce qui sera demandé sera à sa portée, qu’il n’y a pas d’échec possible lors des séances mais que son implication est primordiale pour la réussite de la rééducation. 

Bilan graphomoteur

Celui-ci a pour but d’évaluer les causes. Il consiste en une série d’exercices effectués lors de la première rencontre. 

On va examiner la qualité du graphisme, évaluer la vitesse, établir l’âge graphomoteur, déterminer la présence d’une dysgraphie ou non, le degré de celle-ci et cerner les blocages. Cela permet de déterminer l’origine du problème et de proposer un plan de rééducation personnalisé pour la suite. 

Séances hebdomadaires

Lors de chaque séance, on retrouve des activités récurrentes et un travail graphique ciblé sur des éléments en particulier. 

On retrouve souvent le travail des formes fondamentales, de la souplesse et de la détente du geste à l’aide notamment du Brain Gym. 

Le travail est présenté de la manière la plus ludique possible et adapté en fonction des capacités et de l’âge. 

Il faut veiller à tout moment de la séance à bien tenir le crayon et à adopter la bonne position. 

Le but est de progresser tout en retrouvant le plaisir d’écrire. 

Vous trouverez plus de détails sur les exercices qui permettent d’améliorer rapidement l’écriture dans cet article. 

Améliorer l’efficacité de la rééducation

En parallèle, il est possible d’accélérer l’évolution grâce à différents moyens : 

  1. S’entraîner entre les séances

Il est évident que plus on s’entraîne et plus la progression sera rapide. 

Il peut donc être utile de donner des entraînements à faire à la maison. Attention, toutefois, à bien doser ceux-ci en fonction de l’âge, de la motivation et du degré de difficulté. 

  1. Aménager le travail scolaire

Afin de permettre à l’élève de mettre en place les techniques proposées, il peut être bénéfique d’aménager le travail en classe en ce qui concerne l’écriture. On pourra par exemple lui permettre d’écrire moins en terminant le travail à sa place ou en lui donnant une photocopie d’un autre cahier. Le but n’est pas de garder ce fonctionnement sur le long terme mais de permettre la mise en application des conseils donnés pour bien les assimiler. 

Comme toute nouvelle compétence, il faut du temps au départ pour la maîtriser. On constate souvent une plus grande lenteur pour commencer. Le fait de diminuer la quantité va donc compenser l’effort fourni. 

Cela nécessite une discussion avec le ou les enseignants mais donne de très bons résultats. L’enfant retrouve ainsi plus vite confiance en lui et lui demande un effort moins important ce qui permet de voir rapidement l’évolution et de créer un cercle vertueux. 

N’hésitez pas à partager cet article s’il vous a semblé intéressant.

Pour être tenu informé des nouveaux articles, inscrivez-vous à la page Facebook

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager :-)
  •  
    12
    Partages
  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :